Aromathérapie contre le staphylocoque doré

<<bonjour j’ai 23 ans et je viens de commencer un travail en creche le matin je travail en cuisine pour la préparation des repas et l’apres-midi je m’occupe des bebes. A la visite médicale du travail apres un examen nasal ils ont constaté que j’avais un staphylocoque doré dans le nez; ma directrice m’a envoyé chez le médecin et j’ai du prendre des antibiotiques pendant 3 semaines cela m’a affaibli j’ai attrapé une rhino et des champignons vaginaux je suis retournée à la médecine du travail et au derniers résultats j’ai encore le staphylocoque. Je ne veux plus prendre d’antibiotique y a t il une solution avec les huiles essentielles merci pour votre réponse>>

Bonjour mademoiselle,

Il faut tout d’abord vous trouver une bonne pharmacie/herboristerie près de chez vous puis demander qu’on vous prépare le traitement suivant

En interne

* Traitement dépuratif comme chardon marie/radis noir/pissenlit/artichaut en interne sous forme de teinture mère pendant 15 jours

* Puis traitement eu biotique en supplément des antibiotiques puis en remplacement

Gélules à faire faire en pharmacie Origan compact +Niaouli+ Romarin à verbenone

  • Demander au pharmacien de faire des gélules de 75mg avec un excipient ; celles-ci doivent contenir :
    • 35 mg d’origan compact (origanum compactum)
    • 25 mg de niaouli (melaleuca quinquinervia)
    • 15 mg de romarin (rosmarinus officinalis ct verbenone)

Prendre en phase aigue (sur une semaine) 3 à 5 gélules par jour, une par jour en phase de maintient, pour une cure ne dépassant pas 30 jours

Et en externe

Vous faire préparer l’huile de soin suivante: Huile de callophylum inophylum (30ml) + niaouli (melaleuca quinquinervia) 1,5 ml+ tea tree (melaleuca alternifolia) 1 ml+ géranium (pelargonium graveolens) 0,5 ml

2-3 applications locales (avec un coton tige par exemple) jusqu’à disparition

Bonne chance ! Donnez moi des nouvelles

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Aromathérapie pour lutter contre la chute de cheveux

Bonjour, Je me permets de vous adresser cet e-mail car je souffre de chute de cheveu depuis quelques mois, les traitements que mon dermatologue m’a prescrit n’ont rien donnés, hélas. J ai entendu dire que l’huile essentielle de nigelle, appliquée en massage quotidiennement à la racine des cheveux, stoppait la chute de cheveu car elle est riche en phytostérols, dont notamment le beta-sitostérol que l’on trouve en forte concentration dans la nigelle, qui a pour action principale d’empêcher la diminution du follicule pileux responsable de la chute des cheveux. Pouvez-vous, s’ il vous plait, me le confirmer afin de me soigner avec cette huile car ce problème m’empoisonne l’ existence. Je vous remercie par avance pour votre réponse. Surtout répondez-moi car je suis désemparée. Cordialement. Sarah

Bonjour Sarah, merci de bien vouloir partager votre requête sur le blog. Pour la chute des cheveux il est nécessaire d’envisager un traitement en interne (sous forme de gélules) et en externe sous forme de lotion et/ou shampoing. Selon la pharmacienne Bonnabel-Blaize, un traitement en externe seulement s’avère généralement inefficace.
En interne il faudrait commencer par bien drainer les voies hépatobiliaires, on le fait par exemple en prenant de l’aubier, du tilleul ou du radis noir et de l’artichaut. Puis faire une cure de 3 mois pour renforcer les cheveux et stimuler la repousse. Le traitement serait à base de gélules composées de poudres de germe de blé, de levure de bière, de pollen et de prêle (gélule dosée à 300mg). A raison de 3 gélules le matin au petit déjeuner.
Pour les traitements externes, j’ai vu que l’huile essentielle de nigelle entrait en effet dans les préparations pour renforcer les cheveux, nous pouvons donc l’utiliser. L’HE de cèdre de l’atlantique est aussi très connue pour lutter contre l’alopécie, et je pense qu’il serait bon d’ajouter à une préparation des huiles favorisant la circulation sanguine comme l’HE de romarin ou celle de genévrier.
Pour renforcer l’action des huiles essentielles il semble que la plante la plus intéressante soit l’ortie piquante. C’est en effet un fortifiant capillaire naturel qui apporte les minéraux et vitamines nécessaires pour aider à combattre la chute des cheveux.
Je vous propose une recette à base de teinture mère d’ortie (macération dans l’alcool de la plante) ce qui vous donnerait une lotion capillaire à appliquer une à deux fois par semaine avant le shampoing. If faudrait bien frictionner la racine des cheveux puis laisser pénétrer la préparation pendant 1 heure environ. Pour 120ml de préparation : 60ml d’alcool à 60°, 52 ml de teinture mère d’ortie, 2 ml HE de cèdre, 2ml d’HE de nigelle, 1 ml d’HE de romarin, 1 ml d’HE de genévrier, et 1ml d’HE de ylang ylang et 1ml d’HE de sauge officinale.
On trouve également des recettes à base de poudre d’ortie qu’on va mélanger dans de l’eau et ajouter à de l’huile par exemple pour une lotion capillaire ou à une base neutre de shampoing.
Pour ce qui est du traitement interne il va falloir passer par votre pharmacie en espérant qu’elle est un bon rayon d’herboristerie. Pour la lotion et/ou le shampoing vous pouvez soit la faire faire en pharmacie soit les confectionnez vous-même. Si c’est le cas, je vous recommande le site d’aroma-zone.com qui est très bien fait, vous pourrez y commander les ingrédients et y trouver toutes les recettes nécessaires.
Bon courage et tenez moi au courant de l’efficacité du traitement.
Isabelle

Découvrez le site suivant, présentant plusieurs méthodes pour éviter la calvitie.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Hydrolathérapie l’aromathérapie douce adaptée aux enfants et personnes fragiles

Lors du grand marché 2011 bio de Grasse, qui a lieu début septembre chaque année, j’ai animé un petit atelier sur l’hydrolathérapie. En effet le thème de cette année était le « bébé bio » et il m’a paru tout naturel de mettre plus en valeur le second produit de la distillation, les hydrolats ou eaux florales. Comme la plupart des aromathérapeutes, ma formation initiale était surtout concentrée sur les huiles essentielles. C’est mon travail depuis quelques mois avec une maison de retraite et surtout un groupe de sages femmes libérales qui m’a amené à m’intéresser de plus près aux hydrolats et les comprendre comme des produits thérapeutiques à part entière.
Les hydrolats étaient très largement utilisés oralement du 14ème au 16ème siècle. Le docteur Henri Leclerc (1870-1955) qui a crée le mot phytothérapie, en recommandait l’utilisation. Il les jugeait doux pour la peau et les tissus souples. Avec le développement de l’aromathérapie ils ont été un peu oubliés au profit des huiles essentielles qui étaient perçues comme plus efficaces au niveau physiologique (car plus concentrées).
Mais ils sont en train de faire leur retour. Alors que leurs propriétés thérapeutiques sont voisines de celles des huiles essentielles correspondantes, les hydrolats ne présentent pratiquement pas de contre-indications, car ils ne contiennent ni acide, ni aucune matière caustique ou corrosive. Ils sont généralement bien tolérés par les muqueuses. Forme de thérapie particulièrement douce, l’utilisation des hydrolats est donc très indiquée pour les personnes sensibles, comme les enfants en bas âge, les femmes enceintes et les personnes âgées.
De surcroit, ils sont beaucoup moins chers, ce qui peut être un intérêt non négligeable pour les préparations contenant par exemple de la rose ou du néroli . D’un autre côté l’intérêt écologique d’utiliser un hydrolat de plante exotique peut être contesté. Je pense par exemple au tea tree (melaleuca alternifolia), il me semble qu’il est plus intéressant au niveau de la planète d’utilisé l’huile essentielle plus concentrée et donc moins chère à transporter.
Technique de fabrication
• Les hydrolats sont le deuxième produit (le premier étant l’HE !) obtenus lors de la distillation par entraînement à la vapeur d’eau de plantes. Les eaux florales proviennent de la distillation des fleurs. Il n’existe donc pas d’hydrolat d’agrumes car ceux-ci ne sont pas distillés
• L’eau florale est souvent confondue avec l’infusion florale (ou élixirs floraux, ou fleurs de Bach) que l’on peut réaliser en laissant infuser des plantes dans de l’eau. L’infusion de plantes n’a pas exactement la même composition donc pas les mêmes propriétés que l’hydrolat correspondant.
• L’hydrosol est obtenu par la macération d’huile essentielle dans de l’eau pure pendant un certain temps. L’hydrosol est assez rare.

La qualité du produit final va dépendre bien sûr de la qualité de la matière première (plantes et eau) mais aussi de la maitrise des techniques de production (temps attendu avant de pouvoir prélever l’hydrolat, temps de distillation etc.). La distillation est un art et cela vaut la peine d’en observer quelques unes. Je vous recommande dans ma région les Senteurs du Claut, Route d’Utelle, 06 420 La Tour sur Tinée. Ils organisent régulièrement des journées portes ouvertes. Renseignements auprès de Sylviane Reina sylviane.reina@orange.fr
Utilisation
Les hydrolats peuvent être utilisés
• soit par voie externe (en vaporisation atmosphérique ou sur le plexus solaire, en spray buccal ou nasal, en lotion avec des compresses, ajoutés directement à l’eau du bain, ou encore mélangés à d’autres produits pour des préparations cosmétiques ou pharmaceutiques)
• soit par voie interne en cure, souvent en synergie, à raison d’une cuillère à soupe dans 1,5 litre d’eau à boire dans la journée ;
• en cuisine (beaucoup plus facile à manier que les huiles essentielles)
• dans les produits ménagers (eau de linge, produit de nettoyage)

Selon L. Bosson (qui a écrit un très bon livre sur l’hydrolathérapie), pour les traitements qui visent un but énergétique ou psycho-émotionnel, la durée des cures est de 40 jours. Les 20 premiers jours d’une cure d’hydrolat servent à faire place nette et les 20 suivants servent à intégrer un sentiment nouveau.

Quelques exemples d’utilisation
• L’eau de fleur d’oranger (et l’HE de néroli) est très utile en fin de grossesse et pendant l’accouchement pour aider à gérer l’angoisse du terme et les douleurs de l’accouchement. L’hydrolat est conseillé (1cc dans un biberon d’eau tempéré ou dans le lait) pour les enfants qui ont du mal à s’endormir
• L’hydrolat de thym à linalool peut être utilisé pour ses qualités antiseptiques en spray sur la zone infectée en cas d’impétigo ou directement dans l’eau du bain des enfants en cas d’épidémie de grippe (1cc pour les bébés un cs pour les plus grands)
• L’hydrolat de camomille romaine est un bon remède pour apaiser les coliques du nourrisson, seul ou en synergie avec l’hydrolat de fleur d’oranger. Ajoutez 2 fois par jour dans le biberon 1 cuillère à café d’hydrolat de Camomille romaine. Si vous allaitez, vaporisez directement sur les mamelons avant la tétée. On peut également l’utiliser en spray dans la cavité buccale de bébé lors des poussées dentaires.
• L’hydrolat de basilique doux est très recommandé pour calmer les enfants hyperactifs en cure dans de l’eau
• L’hydrolat de lavande, peut aussi être vaporisé sur le front et le cou pour apporter du confort en cas de fièvre.

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Huiles essentielles de la foret

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Angelica Archangelica

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Bienvenue sur mon blog

J’ai eu la chance de pouvoir animer quelques ateliers au cours du 13ème symposium d’aromathérapie de la ville de Grasse (1, 2 et 3 avril 2011) www.aromatherapie.ville-grasse.fr 

Le thème cette année faisait la part belle aux plantes sacrées et à la forêt. J’ai donc choisi de faire des éclairages sur l’angelique et les pins et sapins. L’Angelica archangelica, grande médicinale européenne, est associée soit à St Raphaël soit St Michel. Elle était réputée pour chasser sorcières et démons et surtout elle permettrait à l’homme  grâce à sa présence bienfaisante de renforcer ses défenses internes. Paracelse pensait qu’elle empêchait de « s’abandonner » aux épidémies. En tout cas elle a été grandement utilisée pendant les épidémies de peste au moyen âge. Toutes les personnes présentes à l’atelier ont apprécié son odeur complexe et raffinée.

Il y avait aussi des ateliers sur les huiles essentielles qui aident à garder le moral et d’autres encore qu’on peut utiliser pour gérer son stress. Enfin j’ai également parlé de la trousse de base des parents pour soigner les petits bobos quotidiens. 

C’était vraiment très bien de pouvoir faire des olfactions en groupe et d’être à nouveau conforter dans l’idée que nous sous-utilisons notre odorat.  Pourtant il nous donne un accès quasi direct à l’intuition et aux émotions.  C’est pour cela que l’aromathérapie holistique est si relaxante et recentrante, elle permet de se reconnecter grâce à deux sens qu’on oublie totalement dans notre société audio-visuelle, le toucher et l’odorat.  

Je partageais la salle avec une autre Isabelle, Isabelle Meyer qui proposait des ateliers super sympa de bio-cosmétique ou comment faire des pommades, savons, crèmes etc. avec les plantes du jardin (lierre, romarin etc.). J’ai eu droit à des échantillons et je suis très tentée d’assister à une de ses séances. Allez voir son site  www.isanature.org pour plus d’information

Publié dans Uncategorized | Tagué , | 2 commentaires